Pérou. 6/ Découverte de l’île de Taquilé

Par Paul Dequidt   |   16 juin 2014

Avril 2001, sur le Lac Titicaca, nous avons un véritable coup de cœur pour l’île de Taquilé.
A deux heures de bateau de Punto, c’est l’île du bonheur.
Sur cette île-falaise, à plus de 4 000 mètres d’altitude, tout est calme et silencieux, pas de circulation, pas de commerce, pas de tourisme de masse.
Nous savourons le silence.

Paul Dequidt et une Indienne Aymara sur l'île de Taquilé au Pérou

Une Indienne Aymara me montre son ouvrage

Les hommes tricotent et les femmes tissent sur l'île de Taquilé au Pérou

Ici, les Indiens Aymara maintiennent farouchement leurs traditions. Les hommes tricotent et les femmes tissent.
Les habitants de Taquilé portent encore leurs costumes traditionnels. L’île est connue dans le monde entier pour son artisanat textile.

Musiciens en costumes traditionnels sur l'île de Taquilé au Pérou

Musiciens en costumes traditionnels

Si vous passez par là, il faut absolument séjourner chez l’habitant et déguster leurs plats typiques.

Pommes de terre en fleurs sur l'île de Taquilé au Pérou

Découverte des pommes de terre en fleurs sur l’île de Taquilé au Pérou

Géant Jean Dequidt de Warhem

Géant Yan Dequidt de Warhem,
près de Wormhout

Récolte des pommes de terre sur l'île de Taquilé

Récolte des pommes de terre
sur l’île de Taquilé

Retour aux sources…
Les Conquistadors découvrent au Pérou les patates douces qu’ils introduisent en Espagne puis aux Pays-Bas espagnols.
De retour d’une visite à son frère installé aux Pays-Bas, en 1727, Yan Dequidt, mon ancêtre, ramène en France les premières pommes de terre. Il les plante dans son jardin, puis en plein champ à Wormhout, autour de notre brûlerie de café.
Mais, c’est un certain Parmentier qui en aura la gloire, cinquante ans plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *