Le baptême des géants Paul et Mania

Par Paul Dequidt   |   il y a 11 jours

On vous en a tant parlé ! Ce jour est finalement arrivé… Depuis plus d’un an je travaille sur ce projet qui me tient tant à cœur. Le baptême des géants Paul le Torréfacteur Aventurier et Mania l’Éthiopienne a eu lieu ce dimanche 8 septembre sur la Grand’Place d’Herzeele, sous un soleil radieux.

Paul et Mania entourés de l’association Les Géants d’Herzeele et des 7 danseuses en robe éthiopienne.

Une journée chargée … en émotions !

A midi, les spectateurs curieux ont pu découvrir les visages de ces figures de 3m50 et 3m40 me représentant aux côtés de Mania. Sont-ils ressemblants ? Du verdict général, non. Selon leur créateur, c’est tout à fait normal : il s’agit d’une interprétation, de deux personnages symboliques plutôt que d’une représentation trait pour trait. Sont-ils beaux ? Je vous laisse en juger. Personnellement, je les trouve très réussis !

Un voile sur la tête pour faire durer le suspens !

C’est à 15h que le spectacle commence réellement avec l’arrivée de Mania et Paul sur la Grand’Place, portés selon la tradition, et accompagnés de danseuses en robes éthiopiennes. Ils s’ « embrassent » (évidemment, ils ne peuvent pas réellement se toucher au risque de s’abîmer l’un l’autre et puis ce serait un véritable tour de force de la part des porteurs qui n’y voient pas grand chose en dehors du carré de tissu transparent devant leurs yeux) et entament quelques pas de danse. Le rythme est lui donné par l’Harmonie Municipale d’Herzeele. De nombreuses harmonies des villages voisins sont également de la partie.

Nous assistons ensuite à un défilé de 18 géants. Un véritable cortège ! Parmi eux: Jeannot Boulanger, Mémé Julia, Zegerscappel, Nestor et Nestorine, Octingus, le jumeau du roi des Mitrons de Wormhout, Roge le Docker, Jean le Bûcheron, Eglantine… Chacun de tailles et de compositions différentes, tous unis par une même tradition qui perdure depuis des centaines d’années.

Au milieu, la marraine de Mania : Maria et à droite son parrain : Jean le bûcheron de Steenvoorde.

Je suis ensuite heureux de signer l’acte de don officiel : Mania et Paul appartiennent désormais à Herzeele. Le maire me fait également  une belle surprise en me remettant la médaille de la ville. Que d’émotions en une seule journée ! Je prononce un discours à l’intention de la foule, le deuxième de ma vie, mais je vous en dirai plus dans un autre papier…

Le baptême est prononcé par le Père Ludovic Verlande. Les géants parrains et marraines se tiennent aux côtés du jeune couple. La cérémonie se conclut par le traditionnel vivat flamand au cours duquel un air est entonné par l’assemblée tandis que l’on verse du champagne sur un drap blanc tendu au dessus du couple de géants.

Le « Vivat flamand » chanté dans tous les baptêmes, communions et mariages en Flandres française mais totalement inconnu en Flandre belge :

Vivat vivat semper
Semper in aeternum
Qu’il vive, qu’il vive,
Qu’il vive à jamais
Répétons sans cesse, sans cesse,
Qu’il vive à jamais,
En santé en paix.
Ce sont nos souhaits.
Vivat vivat semper
Semper in aeternum
(crié) Qu’il vive !

L’origine du projet

Ma ville natale, ce tout petit village qu’est Herzeele, malgré la tradition omniprésente dans cette ancienne région des Flandres, ne possédait pas de géants. Ces hautes figures en carton pâte représentent habituellement des figures locales qui ont toutes une histoire, un succès à raconter.

Alors je me suis dit, pourquoi pas nous ? Mania et moi sommes partis de rien, ou de si peu ! Un garage et un projet… Et nous avons eu la chance de rencontrer nos clients, vous, chers lecteurs, et de grandir jusqu’à pouvoir envisager des expéditions de plus en plus nombreuses, de plus en plus extraordinaires.

Notre engagement s’est plus particulièrement porté sur un pays : l’Éthiopie. J’y suis allé plus de vingt fois et j’y retournerai encore ! C’est un endroit riche, riche de couleurs, de coutumes. Mania y parrainait un orphelinat.

Voilà donc pourquoi j’ai imaginé deux géants représentant un torréfacteur aventurier brandissant un brûleur du XIXè siècle (en ce temps là, les gens achètent du café vert qu’ils font torréfier dans un brûleur à trous tourné au dessus d’un feu) et Mania en robe éthiopienne.

1 commentaire

  1. Françoise T. | il y a 8 jours

    Magnifiques images sur ce livre 2020 que je viens de recevoir aujourd’hui Abonné depuis de très longues années au Soleil Matinal que je déguste avec plein de bonheur.
    Merci pour tous les cadeaux reçus . F T

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *