La cantate du café

Par Paul Dequidt   |   il y a 14 jours

Le café est souvent évoqué dans les arts et la musique. Bach s’est servi de notre boisson chaude préférée pour composer une des ses rares cantates comiques.

Dans Faites silence ! Ne bavardez pas ! , plus connu sous le nom de Cantate du Café, le compositeur illustre avec humour la vie bourgeoise à Leipzig en Allemagne au début du 18ème siècle. 

Au cours d’une discussion avec sa fille prénommée Lieschen, un père s’inquiète de la mauvaise habitude qu’elle a de boire autant de café quotidiennement. Elle lui répond, accompagnée par les notes d’une flûte traversière:

Herr Vater, seid doch nicht so scharf!

Père, ne soyez pas si dur !

Wenn ich des Tages nicht dreimal

Si trois fois par jour je ne peux pas

Mein Schälchen Coffee trinken darf,

Boire ma petite tasse de café,

So werd ich ja zu meiner Qual

Alors dans mon tourment,

Wie ein verdorrtes Ziegenbrätchen.

Je deviendrais comme une chèvre rôtie.

Ei! wie schmeckt der Coffee süße,

Ah ! comme le café a bon goût !

Lieblicher als tausend Küsse,

Plus agréable que mille baisers,

Milder als Muskatenwein.

Plus doux qu’un vin de muscat.

Coffee, Coffee muss ich haben,

Un café, je dois avoir avoir un café,

Und wenn jemand mich will laben,

Et si quelqu’un veut me faire plaisir,

Ach, so schenkt mir Coffee ein!

Ah ! qu’il me donne juste un café !

Le père n’accepte pas ce comportement et menace sa fille de ne la pas marier. Par la suite, Lieschen prétend être convaincue par les arguments de son père, mais fait savoir secrètement qu’elle n’acceptera qu’un mari qui partage sa passion pour le café.

Couple bourgeois dégustateur de café

Déjà à l’époque, le café était très répandu en Europe. Le café arrive vers 1600 dans les pays d’occident, probablement introduit par des marchands vénitiens, qui l’importent du Moyen Orient. Rapidement, le café trouve ses amateurs partout en Europe, et il est importé de toujours plus loin : des Indes et d’Afrique.

Avec l’approbation du pape Clément VIII, le café devient une boisson incontournable pour les élites et la bourgeoisie européenne. Les premières maisons à café sont fondées à cette époque, surtout en Italie, Royaume Unie et aux Pays-Bas.

En France, on estime que c’est au milieu du 17ème siècle que le café arrive dans les ports de Marseille, avant que les premiers cafés ne s’installent dans la capitale sous Louis XIV. Jusqu’à la Révolution on compte plus de 2000 cafés seulement à Paris. Le café était et reste une boisson en vogue.

Dans sa cantate, Bach nous montre que lui aussi apprécie une bonne tasse de café et partage son amour pour la fameuse boisson avec humour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *