Amazonie. 7/ Kuarup, la sortie des jeunes filles pubères

Par Paul Dequidt   |   06 décembre 2016

La cérémonie du Kuarup se poursuit avec la sortie des jeunes filles pubères.

Marche des joueurs de flûtes autour des kuarups

Les joueurs de flûtes chassent les fantômes qui hantent encore la maloca de Pirakuma

Dans la maloca de Pirakuma, les joueurs de flûte chassent les fantômes qui hantent encore les lieux.

La main posée sur l'épaule, les jeunes filles pubères accompagnent les joueurs de flûte en silence

Les jeunes filles pubères accompagnent les joueurs de flûte en silence, la main posée sur l’épaule.

Les joueurs de flûte traversent le village avec les jeunes filles nubiles Une longue frange de cheveux recouvre le front des jeunes filles recluses

Dès les premières règles, la jeune fille est isolée dans la maison familiale. Elle demeure cachée et ne parle qu’à voix basse. Sa réclusion se termine à la fin du Kuarup avec l’ouverture d’une frange de cheveux sur son front.

Cet acte symbolise l’entrée de la jeune fille dans la classe des adultes. Elle a les jambes peintes et elle se ligature les mollets avec des cordelettes de coton en signe de beauté.

Les peintures corporelles sont un signe d’appartenance à une tribu. Les peintures dorsales sont réservées aux hommes. Les jeunes filles nubiles Yawalapiti ont les jambes peintes de lignes géométriques avant d’être présentées aux hommes des villages voisins. Peintures corporelles des jeunes filles nubiles
Trois jeunes vierges en liberté

Trois jeunes vierges en liberté

Elles sont restées recluses pendant un an.

1 commentaire

  1. roche | 07 décembre 2016

    magnifique bravo
    bonne année

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *