Triangle d’or. 3/ Petit moment d’éternité

Par Paul Dequidt   |   24 février 2014
Souvent l’instant magique de mes expéditions, c’est quand je m’assois près d’une personne étrange et inconnue et que j’établis un contact fugace par des sourires, des gestes, des silences et les mots improbables de l’un et de l’autre.

C’est ainsi que je partage quelques minutes inoubliables de vie et d’émotions avec cette jeune Padaung lisant une lettre. Sans doute, de son homme, resté en Birmanie, peut-être combattant de la rébellion Karen contre la dictature militaire de Rangoon.

Mise en confiance, elle finit par me demander, par l’intermédiaire du guide Thaï, d’inscrire sur la lettre “Indépendance” et “Liberté” (freedom).

Indépendance et Liberté

Cliquez sur la photo pour la voir en grand

Bien sûr, j’obtempère avec joie et immortalise son bonheur sur la pellicule. Mais, cette photo sera unique, car, le temps de réembobiner la pellicule, la Dame Padaung s’est enfuie.

Triangle d’or. 2/ Les femmes-girafe

Par Paul Dequidt   |   14 février 2014
Maman et fillettes Padaung au long cou

Maman et fillettes Padaung au long cou

Dès l’âge de cinq ans, les petites filles Padaung portent au cou des anneaux de plus en plus nombreux. En fait, il s’agit d’un gros fil d’or, de cuivre ou de laiton enroulé en cylindre. Les anneaux du bas pèsent sur leurs clavicules et renforcent l’impression d’un long cou.
Les femmes Padaung sont appelées “femmes-girafe”. Lire la suite