1987 : Noël en Éthiopie

Par Paul Dequidt   |   30 octobre 2019

extrait de mon livre “Les Aventuriers du Café Perdu 2”

D’autres familles profitent des vacances de Noël pour partir à la montagne… Pour Mania, Cécile 17 ans et François 13 ans, c’est direction l’Éthiopie. Le berceau du café est toujours ravagé par la sécheresse et la guerre civile.

Mes deux dernières expériences de ce pays ont été tellement désastreuses que je me suis juré : « Je n’irai plus ». Pourtant, me revoilà pour un périple d’Addis Abeba à Bahar Dar en faisant un détour par Awasa. Quand on tombe sous le charme de l’Abyssinie, il n’est plus possible de faire marche arrière !

Addis Abeba, la « nouvelle fleur »

Vue du mont Entoto, Addis Abeba semble s’épanouir au petit matin telle une fleur qui éclot. Dans l’ancien palais impérial, nous découvrons le lion de Negus. On raconte que le fauve est responsable du coup d’état militaire de 1984. En effet, on reprochait à Haïlé Sélassié de mieux nourrir l’animal que le peuple.

Excepté les palais officiels, les ambassades et le vénérable hôtel Hilton, aucun bâtiment ne semble construit en dur. Mais les échafaudages en bambou laissent envisager de nouvelles constructions.

La nuit, les hyènes font office de vide-poubelles et, le jour, les vaches broutent dans les ruelles.

=> Pour plus d’anecdotes et de photos sur mes expéditions, procurez-vous mon second livre : Les Aventuriers du Café Perdu – Abyssinie, terre de légendes .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *